SOPRA STERIA : Défaillance managériale = Entreprise en péril !

SOPRA STERIA : Défaillance managériale = Entreprise en péril !
#mobilisation #soprasteria
Le syndicat AVENIR dénonce les erreurs de management !

AVENIR sopra steria‏ @avenir_sopra

Le syndicat AVENIR a suffisamment alerté la direction depuis la fusion SOPRA STERIA concernant l’obligation d’exécution loyale des contrats de travail. Actuellement, beaucoup de nouveaux embauchés démissionnent avant 2 ans d’ancienneté et parfois même dans les 12 premiers mois. Selon les salariés interrogés, ceci entraîne dans certains établissements un taux de Turn Over d’environ 30%. La direction manque à ses obligations de favoriser les bonnes pratiques et de stopper sans ménagement les abus managériaux dont souffrent les victimes (Mensonges du Management, Incapacité de décider, actes déplacés, …). Qui couvre ainsi les défaillances de certains managers ?

L’entreprise souhaite embaucher 3300 salariés en CDI en 2019 et 500 en contrat d’alternance. Ceci à effectif constant comme la direction n’envisage pas une réelle évolution des effectifs en dehors des résultats des acquisitions.
Ainsi, le TURN OVER ne diminuera pas et il n’y a pas de plan sérieux à notre connaissance pour améliorer le management opérationnel et RH.

L’heure s’approche où le président fondateur du Groupe va passer le pilotage à la nouvelle génération mais ceci n’est pas effectué dans les normes attendues par les salariés.
La direction a affaibli l’entreprise par diverses erreurs constatées dans la gestion des engagements pris, des obligations légales, dans l’absence de reconnaissance du travail accompli mais également de la fonction exercée, dans le traitement des situations d’abus à l’égard de salariés.
Pourquoi la direction n’agit pas systématiquement par enquête dans les situations révélées de harcèlement sexuel ou moral, discrimination ou atteintes aux droits de la personne ?

Est-ce normal que les CRH (Comités Ressources Humaines) étudient le devenir de chaque salarié dans l’entreprise mais en refusant la transparence obligatoire, l’établissement d’une méthodologie contrôlée et la restitution des résultats ?
Les délégués AVENIR ont été obligés de batailler dur pour faire admettre à la direction l’existence des données CRH et le droit de chaque salarié à accéder à ses données CRH. Mécontente de cette avancée qui a permis de révéler des abus, la direction a décidé de refuser l’accès automatique de chaque salarié à ses données CRH mais également de retarder au maximum la remise des données personnelles à chaque salarié qui en fait la demande selon les règles RGPD.

Le syndicat AVENIR dénonce également le manque de transparence dans l’attribution des augmentations et les injustices subies. Les salariés sont majoritairement mécontents des privations d’augmentation sans explication.
La grogne est manifeste, elle est commune à tous les établissements et à toutes les fonctions dans l’entreprise. La direction est sommée de régulariser la situation ou d’expliquer à chaque salarié qui a atteint les objectifs fixés le motif de son exclusion des augmentations !

De même, les salariés discrédités abusivement, mis de côté des évolutions, des augmentations, des formations, … ont droit à une réparation à l’amiable ou par action judiciaire.Certaines situations révélées sont très graves et les preuves remises par les salariées permettent de se poser la question quant à la responsabilité pénale de l’employeur.
Plusieurs situations de BURN OUT et d’accidents de travail nous sont remontés sur plusieurs établissements en France.

Le syndicat AVENIR demande à la direction d’entrer dans un process de traitement immédiat des inégalités, des abus et des dérives constatées. Nous engageons un échange avec les salariés sur chacun des établissements sur ces sujets et agirons pour soutenir toute victime. Il faut remettre les pendules à l’heure.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *